Articles - Fiches de lecture

Travailler avec les Suédois (par Emmanuel Piegay, ERAI)

Principales valeurs suédoises

Les principales valeurs suédoises que l’on peut observer dans les relations de travail (et notamment dans les relations hiérarchiques) sont liées à d’autres valeurs souvent profondément ancrées dans la société suédoise. Bien qu’il en existe d’autres, les valeurs auxquelles nous nous attacherons plus spécifiquement sont :

1 L’égalité
2 L’honnêteté
3 La sécurité et la prévention
4 L’ouverture d’esprit quant aux innovations et aux changements
5 La neutralité

Egalité

Histoire de l’égalité

Les formes modernes d’égalité suédoises ont de vieilles racines historiques. A titre d’exemple, la famille royale est considérée comme très proche du peuple. Peu de suédois ont ainsi été surpris d’apprendre que le roi était allé faire de la randonnée au Bhoutan, habillé en short et en chaussures de randonnée, portant lui-même son sac à dos.

Il y a par ailleurs une loi officieuse encourageant les suédois à être aussi naturels que possible. Cette même loi incite les suédois à être modeste, humble, et à ne pas se penser supérieurs à d’autres, ce qui peut favoriser une certaine tendance à l’uniformisation…

Le chef qui n’en n’est pas un.

Les chefs suédois veulent être aussi « normaux » que possible. En ce sens, leurs subordonnés les appellent souvent par leur prénom, voire même par leur surnom, ce qui pourrait être interprété comme un manque de respect en France.
Les supérieurs suédois ferment rarement leur porte. Ils font généralement la queue de la même manière que leurs collègues et se préparent leur café eux-mêmes. Ils se perçoivent plus comme un « coach » que comme un directeur autoritaire. L’image de coach réfère ici à l’entraîneur sportif en charge de motiver ses joueurs et à prendre du recul sur les situations critiques. Au-delà de ces deux fonctions principales, le coach ne peut alors que laisser jouer ses joueurs, n’étant pas lui-même sur le terrain.

L’accès à l’information est par ailleurs considéré comme normal. Il est souvent possible de trouver le N° de téléphone direct du Directeur Général ainsi que son adresse email sur internet. Les secrétaires font par ailleurs très peu barrage. On peut ainsi demander à parler à de nombreux directeurs directement en passant par le standard. De la même manière, de très nombreuses informations sont accessibles directement sur internet (Rapports, listes d’entreprises…), ce qui facilite grandement les prospections commerciales en comparaison avec d’autres pays où l’on doit réellement enquêter.

Délégation des responsabilités

Les suédois délèguent plus facilement les responsabilités que d’autres nationalités. La responsabilité n’est pas le seul apanage du chef.
Afin de mieux préparer les employés à prendre des responsabilités, plus de 80% des suédois ont accès à diverses formations continues. Dès lors, les employés sont plus à même de prendre des initiatives et à prendre part au processus décisionnel. Les managers suédois veulent des employés proactifs et non pas simplement en attente d’ordres de leurs supérieurs hiérarchiques. Cela n’a aucune importance si, de ce fait, le processus décisionnel doit prendre plus de temps. Les suédois seront donc habitués à ce que chacun agisse de sa propre initiative si cela permet d’améliorer la situation. A contrario, ce processus décisionnel consensuel peut agacer les français qui voudront aller droit au but quand la décision ou la solution leur semble évidente. Les suédois prendront quant à eux le temps de consulter tous les employés concernés, même si c’est pour finalement aboutir aux mêmes conclusions.

La hiérarchie française devient dans ce contexte contraignant, pour ne pas dire désagréable dans certains cas. Certains employés suédois peuvent ainsi se sentir frustrés lorsqu’ils travaillent avec des supérieurs trop hiérarchiques qui les contrôlent trop fréquemment et ne leur laisse pas assez d’autonomie. Ceci se traduit par une perte de confiance et de motivation de l’employé suédois qui se sent peu à peu déposséder de ses responsabilités.

Les syndicats suédois sont traditionnellement très influents en Suède et considérés comme de véritables partenaires. Ils ont ainsi collaboré à la mise en place de nombreuses législation du travail telles que The Security of Employment Act, the Act on equity between men and women and the co-determination Act qui stipule entre autre que toutes les nouvelles décisions importantes ne sauraient être prises sans avoir été discutées au préalable avec les employés.

Dans d’autres pays, ce processus peut s’apparenter à une perte de temps. Pour les suédois, plus les employés sont informés, plus ils seront motivés et donc performants. Par la suite, la mise en application des décisions sera beaucoup plus efficace et harmonieuse, puisqu’ ayant été validée par les employés.
Par ailleurs, les suédois pensent que la décision doit émaner de celui ou celle ayant la meilleure connaissance du sujet (technicien, responsable formation…) plus que de celui ayant la plus haute position hiérarchique.

Cette approche implique que les employés puissent ouvertement poser toutes les questions qu’ils veulent et ainsi exprimer librement leurs sentiments et opinions. Les communications sur le lieu de travail seront ainsi généralement franches et directes.

Honnêteté

Si l’on souhaite construire une relation durable avec les suédois, la notion d’honnêteté est centrale. Les suédois attachent une grande importance à la vérité dans leurs relations professionnelles. Il sera ainsi préférable de dire la vérité, au risque de paraître impoli.
Dès lors, il est important de tenir les promesses faites. Les suédois s’attendront peu à ce qu’une promesse reste lettre morte. Ceci implique entre autre une attention toute particulière au suivi des correspondances avec les suédois. Quand une demande de devis est envoyée, les suédois s’attendent à avoir la réponse dans des délais très courts. Passé un trop grand laps de temps, les suédois jugeront l’entreprise peu sérieuse ou pas assez motivée. Ce besoin de réactivité est renforcé par le très fort taux de pénétration des sciences de l’information. Beaucoup de questions sont traitées directement par échange d’email en anglais. Les entreprises françaises voulant aborder le marché suédois doivent donc être prêtes à travailler en anglais et à transmettre un maximum d’informations par courrier électronique. Un site internet traduit en anglais est presque indispensable.

L’honnêteté requière aussi une communication franche et directe. Les suédois expriment généralement ce qu’ils veulent ou ne veulent pas de manière directe et rapide, ce au risque d’apparaître parfois un peu rustre. Dans le même temps les suédois auront par conséquence plus de difficultés à lire entre les lignes et à deviner les non-dits. Ils risquent ainsi de ne pas percevoir certains messages subtils émis par leurs interlocuteurs. Certains suédois apparaîtront même un peu naïfs aux yeux de certains étrangers.

En effet, les suédois auront tendance à décrire précisément la situation et les conditions dans lesquelles ils évoluent. Ils diront très franchement ce qu’ils pensent et ils auront des difficultés à jouer un rôle. Ils regarderont ceux qui retiennent l’information ou la manipulent comme malhonnêtes et manipulateurs.

La sécurité et la prévention

Une blague répandue en Suède raconte que : « les suédois portent des protèges-coudes, des casques de vélo, des bouchons pour oreilles, des lunettes de protection et des vestes de survie, quoi qu’ils fassent ». A ce titre, notons que la Suède est le premier pays qui a voté le port obligatoire de la ceinture de sécurité à l’arrière des voitures. Force est de constater que la majorité des suédois le font. Dès lors il est important de prendre en compte l’importance des régulations relatives à la sécurité, notamment dans tous les lieux publics et professionnels. Les compagnies d’assurance suédoises requièrent ainsi de très hauts niveaux de sécurité. Dans le même temps, les suédois attachent beaucoup d’importance à la préservation de l’environnement.

Planification

Cette logique préventive va de pair avec le besoin des suédois de planifier longtemps à l’avance les évènements. Tout est prévu et écrit minutieusement plusieurs semaines à l’avance. Un manager suédois sera perplexe, voir préoccupé, face à un interlocuteur ne prenant aucune note sur ce qui est dit et sur ce qu’il lui demande de faire.

Innovation et changement

Les suédois ont inventé la ceinture de sécurité, la dynamite, la nitroglycérine…
La fondation Nobel, fondée par le suédois Alfred Nobel encourage chaque année la recherche et l’innovation en général dans diverses sciences. Par ailleurs, les entreprises suédoises sont reconnues pour leurs importants budgets en recherche et développement.

Les suédois sont dans le même temps fascinés par les innovations permettant de gagner du temps. Ils apprécient être plus efficaces au travail afin de profiter plus encore de leur temps libre qui est très important pour eux.

Neutralité

La Suède est connue pour sa neutralité, ce dont les suédois sont fiers. Cette neutralité a permis au suédois de ne pas être impliqués dans les deux guerres mondiales. On peut toutefois s’interroger sur cette neutralité au regard des 140 000 soldats allemands ayant traversé la Suède durant la seconde guerre mondiale pour aller occuper la Norvège et la Finlande. Les autres pays scandinaves ont toujours du mal à oublier cet épisode, reprochant au suédois de ne pas avoir été solidaires avec ses voisins.

Les suédois ont généralement du mal à choisir leur camp. Ils préfèreront rester au milieu… De la même manière, au niveau politique, les suédois ont un système entre socialisme et capitalisme. Le parti au pouvoir est le parti social-démocrate qui favorise l’égalité salariale autant que possible.

Les suédois revendiquent par conséquent moins que les français. On verra par exemple peu de grèves des camionneurs. Dans le même temps, les suédois accepteront plus facilement des situations qui pourraient énerver d’autres européens. On citera à titre d’exemple les attentes longues et quotidiennes devant les distributeurs bancaires, en nombre trop limité en Suède ou encore les files devant les restaurants et bars le week-end où le temps d’attente moyenne peut avoisiner 30 à 45 minutes par de froides températures…

Enfin, le mot suédois « lagom », qui n’a pas d’équivalent en français pourrait être traduit par l’expression « avec modération ». Dans toute chose, le suédois aura tendance à choisir une voie médiane qui n’implique pas de trop lourdes conséquences.

Voir tous les articles – toutes les fiches de lecture

Vous souhaitez recevoir directement info-lien, remplissez notre formulaire de contact en le précisant dans votre message

Quand la qualité des
relations humaines crée
la réussite collective...